Aller au contenu
Chez-Simon

Simon

Administrateurs
  • Compteur de contenus

    28
  • Inscription

  • Dernière visite

Simon's Achievements

Newbie

Newbie (1/14)

  • Conversation Starter
  • Week One Done
  • One Month Later
  • One Year In

Recent Badges

  1. Voici pourquoi cette erreur peut survenir lors de l’utilisation d’un logiciel ou d’un jeu : Java est endommagé Java n’est pas présent Java n’est pas à jour Pour réglé ce problème, c’est très simple. Veuillez suivre les étapes attentivement. Partie 1 – Téléchargement de Java Téléchargez Java sur le site officiel à cette adresse. Vérifiez l’architecture de votre système. S’il est en 32 Bits alors sélectionnez Java x86, sinon cliquez sur Java x64 s’il est en 64 bits. Normalement, en cliquant sur le lien que je vous ai donné, le site détectera automatiquement l’installateur qui vous correspond le mieux, mais il est préférable de vérifier quand même. Partie 2 – Installation de Java Un fois l’installeur téléchargé, lancez-le avec les privilèges administrateur. Cliquez ensuite sur « Installer », cela permettra de : - Installer si Java n’est pas présent - Réparer si Java est endommagé - Mettre à jour Java s’il ne l’est pas déjà Attendez la fin de l’installation, puis un fois que c’est terminé, cliquez sur « Fermer ». Je vous conseilles également de redémarrer votre ordinateur après avoir suivis les étapes précédentes. Votre Java est désormais fonctionnel. Si le problème persiste, tentez la désinstallation intégrale puis recommencez le tutoriel.
  2. Ajouter du contenue dans un jeu est devenue primordiale aujourd’hui, et comme tous le monde le sait bien, Minecraft est l’un des jeux ayant la plus grande communauté de moddeur ! D’ailleurs, moi aussi j’ai créer quelques mods pour Minecraft sur Curse Forge. Partie 1 – Installer CurseForge Pour commencer, vous devez impérativement installer l’application de CurseForge. Cliquez ici puis cliquez sur « Download for Windows ». Suivez l’instance d’installation de CurseForge. Une fois que vous avez installé CurseForge et qu’au préalable vous-vous êtes connecté avec votre compte, vérifiez que votre jeu est déjà installer. Si ce n’est pas le cas, rendez-vous sur le site puis connectez-vous à votre compte. (Allez sur la page des téléchargements afin de lancer le téléchargement du launcher). Dès que CurseForge et Minecraft sont installés, démarrez CurseForge puis vérifiez que le jeu est automatiquement reconnu, sinon, sélectionnez-le dans la liste proposé. Créez un profil. Renseignez les informations nécessaires et la version souhaité puis cliquez sur « Create ». Pour ma part, j’ai renseigné les informations suivantes : - Name : Voici un test - Minecraft version : 1.15.2 - Modloader : forge-31.2.9 Sélectionnez Minecraft, puis cliquez sur l’onglet « Browse Modpacks » Cliquez sur le mod que vous souhaitez installer ou lancez une recherche avec la barre présente ci-dessus. Une fois que vous avez sélectionner un mod, cliquez sur « Install », c’est à ce moment là que le mod s’installera automatiquement. À l’heure où j’écris cet article, l’application CurseForge ne propose pas d’autre langue que la version originale Anglais. N’hésitez pas à mettre un commentaire pour que je soit averti s’ils ont enfin intégré l’anglais, je mettrais à jour si nécessaire. Partie 2 – Problèmes récents Java Runtime Environment is missing or out of date
  3. Le Root est illégal. En suivant ce tutoriel, vous certifiez que vous êtes le/la seul.e responsable de vos pratiques. Voici un nouveau tutoriel sur BlueStacks Tweaker mais cette fois-ci pour BlueStacks 4 ! Possibilités Rooter le système Changer les informations de l’appareil (Opérateur, Modèle, Google Advertising ID, IMEI, etc..) Changer la résolution de l’affichage et le DPI Changer les paramètres de la RAM alloué pour la simulation Désactiver l’authentification Google (Non recommandé) Patcher pour passe BlueStacks en Premium Patcher pour désactiver les promotions BlueStacks Patcher le thème BlueStacks Déverrouiller/Verrouiller le système Changer les paramètres OEM FileManager (Gérez vos fichiers directement à partir de BlueStacks Tweaker) Shell (Accédez au Shell directement à partir de BlueStacks Tweaker) Pré-requis BlueStacks : Si vous n’avez pas encore BlueStacks d’installé, cliquez-ici pour le télécharger sur le site officiel. BlueStacks Tweaker : Téléchargez la dernière version en cliquant ici pour télécharger sur le site officiel. Mise en place Vous pouvez commencer cette étape uniquement si tous les pré-requis ont étés correctement effectuer et que vous n’avez louper aucune étape, sinon vous risquerez de rencontrer des problèmes ! Pour bien fait la nuance entre BlueStacks et BlueStacks Tweaker, et éviter toutes confusions, je l’ai mettrais d’une couleur différente l’un et l’autre. Démarrez BlueStacks Tweaker : si BlueStacks est déjà démarrer, cliquez sur le bouton suivant pour l’arrêter. Dès que BlueStacks est bien fermé, cliquez sur l’onglet « Root » puis sur « Unlock ». Attendez que la procédure de déverrouillage se termine, puis démarrez BlueStacks en cliquant sur le bouton de lancement. Une fois que BlueStacks est démarrer et prêt à l’emploi, cliquez sur « Patch » dans la catégorie « Root » puis patientez. Une fois que vous avez appliquer le Patch sur le système, cliquez sur « Install SuperSU » puis « Update Su Binary ». Lors de la mise à jour de Su Binary « Update Su Binary », BlueStacks risque de se fermer. Vous pourrez vérifier que tout s’est bien passé en redémarrant votre émulateur puis en téléchargeant « Root Checker ». Si Root Checker vous dit que le root fonctionne bien, c’est que tout s’est bien déroulé.
  4. Qui n’a jamais voulu programmer son propre bot Discord ? C’est ce que je vous propose dans cette toute nouvelle série qui vous apprendra étape par étape et avec les meilleurs explications possibles. Mais arrêtons de parler, passons dans le vif sujet en commençant par les installations. Prérequis Discord (Logique) NodeJS 13.13.0 : Windows 64Bits (x64) Windows 32 Bits (x86) MacOS Linux Binaries (x64) Linux Binaries (ARM v7) Linux Binaries (ARM v8 – 64Bits) Dans mon cas, j’installe Node.JS sur Windows 64Bits. Installation L’installation de NodeJS se fait sans intention particulière, j’ai de même installer tout se qui m’est proposé dans l’assistant d’installation. Mais ce qui nous intéresse vraiment dans ce qui vient de s’installer, c’est « Node.js command prompt ». 1 – Création du Bot Avant de commencer l’installation de nos packages, nous allons tout d’abord créer notre bot. Pour cela, rendez-vous dans l’espace développeur du site officiel de Discord en cliquant-ici. Une fois connecté, vous verrez où se positionne toutes les applications que vous aurez créer. Comme vous le voyez, j’ai déjà 3 applications. Dans notre cas, nous souhaitons créer une nouvelle application, cliquez sur “New Application” puis nommez votre nouvelle application. Cliquez ensuite dans sur la catégorie “Bot” et vous verrez le TOKEN. (Cela nous servira dans les tutoriels suivants). 2 – Installation des packages pour NodeJS Créez un dossier qui comportera toutes les données de votre bot. Dans mon cas je préfère créer un dossier à la racine-même de mon second disque dur (D:/) qui s’appellera (00—DISCORD BOT), ce qui nous donnera comme chemin d’accès : D:/00—DISCORD BOT Le nom que j’ai donné au dossier n’est pas anodin et n’engage que moi car cela me permet de retrouver mon dossier facilement en première ligne de la liste de mes dossiers. Démarrez dès à présent avec les droits administrateur « Node.js Command Prompt » ce qui vous ouvrira la fenêtre suivante. Maintenant, j’ai besoin de redéfinir le chemin de mon répertoire de travail. Vu que je l’ai mis sur mon second disque dur (D:/), je suis obligé de taper dans un premier temps (Sans l’espace, si je l’ai écrit comme cela c’est pour éviter de vous afficher un smiley) : D : puis cd D:/00--DISCORD BOT Sur l’image suivante, vous verrez le résultat que j’obtiens. Vous pouvez commencer à créer l’initialisation des package avec la commande suivante : npm init Installez maintenant tous les packages avec les commandes suivantes (Ligne par ligne, copiez puis collez-les dans votre fenêtre) : npm install @discordjs/opus@0.1.0 npm install discord.js@12.2.0 npm install erlpack@0.1.3 npm install ffmpeg@0.0.4 npm install ffmpeg-static@4.2.0 npm install fluent-ffmpeg@2.1.2 npm install utf-8-validate@5.0.2 npm install ytdl-core@2.1.0 Pendant la validation de chacune des commandes, attendez que le package s’est installé correctement puis passez à la suite. Après toutes ces installations, vous verrez que dans le dossier de votre projet, les fichiers package.json, package-lock.json et le dossier node_modules ont étés crées. (Ne surtout pas les supprimés, Renommés ou Déplacés). Voici à quoi ils correspondent : package.json : Répertorie tous les packages installés sous forme de text package-lock.json : ? node_modules : Dossier comportant les fichiers des packages installés Maintenant, tout est prêt ! Nous pouvons enfin commencer à programmer. La suite arrivera très prochainement.
  5. Beaucoup de personne, surtout en ce moment, se sentent impuissantes face aux récents événement au vu de l’épidémie COVID-19. Rajouter à ça, rester confiner chez soit en étant spectateur n’est pas toujours facile car nous aimerions nous aussi faire changer les choses voir contribuer aux recherches. Mais cela requiert plusieurs années d’études car sans expériences, il ne nous reste qu’à compter les moutons ! Mais savez-vous que vous aussi, même sans expérience vous n’êtes pas obligé de rester spectateur en regardant la progression des recherches contre le coronavirus ? Alors comment contribuer aux recherches ? Je vous présente aujourd’hui un outil MAGNIFIQUE ! FOLDING@HOME Cet outil permet à votre ordinateur de se connecter à un réseau de scientifiques qui effectuent des recherches. Oui des recherches mais pas seulement pour le COVID-19 (bien que ce virus soit sur la liste des priorités actuellement). Toute l’année vous pouvez participer aux recherches sur des sujets divers et variés. Comment ça fonctionne ? Votre ordinateur va se connecter à un réseau scientifique. Le serveur principal vous enverra des calculs à effectuer. Les calculs sont répartis à travers tous le réseau et les machines qui y sont connectées. Votre ordinateur va effectuer des calculs par le biais de votre CPU (Processeur) et/ou votre GPU (Carte graphique). Cela est paramétrable directement à partir du logiciel. Dès que le calcul est effectué, il est envoyé au serveur principal. Mais à quoi ça sert ? Votre ordinateur sera un maillon d’une grande chaine. Le réseau joue le rôle d’un supercalculateur qui évolue. Plus il y a d’ordinateurs connectés, plus le “supercalculateur” sera puissant car vous additionnez les performances de votre machine avec celles des autres connectés. Utiliser
  6. Si vous êtes ici, c’est sûrement parce que vous êtes tomber sur mon article qui parlait de Folding@Home sur mon Blog. J’ai pris beaucoup de temps, pour des raisons personnels, avant de sortir ce tutoriel pourtant primordiale. C’est pour cela que je vous propose un guide le plus complet possible afin de vous faciliter l’utilisation de cet outil miracle car selon moi nous avons tous un rôle à jouer pour l’évolution humaine surtout scientifiquement. Même si nous n’avons pas tous fait de grandes études, et notamment dans ce domaine bien précis, nous avons quand même la possibilité de contribuer à quelque chose de bien plus grand. Si vous ne savez pas en quoi cela consiste, n’oubliez pas de consulter mon article sur suivant ce lien. Partie 1 – Installation Avant de commencer, sachez que ce logiciel est fait pour utiliser la puissance de votre ordinateur à certain niveau configurable directement sur la fenêtre principale. Je vous conseille de laisser tourner le logiciel hors utilisation de votre ordinateur car les performances sont affectés aux calculs. Pour commencer, voici le lien de téléchargement du logiciel. Téléchargez le fichier puis exécutez-le. Maintenant exécuté, laissez-vous guider par l’installation en cliquant sur « Next > » puis lisez les conditions et cliquez sur « I Agree » pour accepter. Sur cette troisième fenêtre, vérifiez d’avoir sélectionner « Express Install » puis cliquez une fois de plus sur « Next > ». Vous devrez voir l’installation s’effectuer, c’est plutôt rapide. Dès qu’elle s’est achevée, vérifiez d’avoir cocher « Start Folding@Home » (Démarrer Folding@Home) puis cliquez sur « Finish » pour fermer l’installateur. Partie 2 – Configuration Une fenêtre du pare-feu viens de s’afficher et vous demande si vous acceptez de donner la possibilité à Folding@Home d’accéder à internet. Une page de votre navigateur viens de s’ouvrir et vous demande si vous souhaitez contribuer anonymement ou en vous connectant. Pour ma part j’ai créer mon compte sur cette page. Remplissez ce formulaire afin d’obtenir un “Passkey”. C’est comme son nom l’indique, c’est une “clé d’accès”, et plus vulgairement un identifiant auquel vous retrouverez vos statistiques de contribution. Dans la fenêtre de configuration, j’ai renseigné dans « name » mon pseudo. Ensuite, dans la case « team » j’ai écris le numéro de ma team “SKE TV”. Si vous souhaitez participer dans la même équipe que la mienne, mettez le numéro suivant : 242695 Dans la dernière case « Passkey » je met ma clé d’accès. Attention, ne la révélez à personne ! C’est une clé personnel. Le jour où vous recevrez votre “Passkey”, il est primordiale que vous le notiez dans un endroit sûr et sécurisé. Si vous le perdez, vous perdrez l’accès à vos statistiques. Partie 3 – Environnement et options Au premier abord, l’interface peut surprendre mais ne vous en faites pas, vous-vous y ferez ! L’interface est composé en quatre parties que j’ai représenté avec quatre couleurs différentes. La partie verte (L’en-tête) - Mon pseudonyme - L’identifiant de mon équipe - Un lien pour changer de compte - Les causes que je soutiens - Mes points acquis depuis le début - Un lien pour voir mes statistiques - Un liens vers mon équipe et le total de point que j’ai apporter contre le nombre de point au total que mon équipe à accumulé La partie orange (Les onglets) - Onglet « CPU » : Ce qui concerne le calcul avec votre processeur. - Onglet « GPU » : Il peut en avoir plusieurs si vous avez plusieurs carte graphique, vous y retrouverez tout ce qui concerne du calcul avec celui-ci. La partie bleu (La configuration des calculs) - Point per day : Me permet de savoir combien de point je vais accumuler sur la journée. - Power : La puissance que j’autorise Folding@Home à utiliser pour les calculs. Light = Puissance minimum Medium = Puissance normal Full = Toute puissance - When : À quel moment j’autorise le logiciel à effectuer les calculs. While I'm working = Pendant l’utilisation de mon ordinateur Only when idle = Quand je n’utilise pas mon ordinateur - Start / Stop = Démarre ou arrête le calcul. La partie rose/violet (Informations sur la tâche en cours) - Work Unit (PRCG) : Le nombre de calculs à effectuer. - Work Unit (ETA) : Le temps que cette tâche prendra approximativement. - Estimated Points : Le nombre de point que cette tâche vous donnera après sa finalisation. - Project : Description du projet sur lequel votre ordinateur est en train de travailler. Vous êtres enfin prêt.e à vous lancer en toute autonomie. J’approfondirais le sujet au fur et à mesure du temps. Si vous avez une quelconque question/suggestion/information à propos de tout cela, n’hésitez pas à m’en faire part en commentaire !
  7. Avant de commencer, sachez qu’il est nécessaire que votre smartphone Android soit rooté ! Le rootage d’un smartphone comme la modification des données d’une application sont aussi illégales l’un que l’autre. En suivant ce tutoriel, vous confirmez être seul.e responsable de vos actes car mon article est juste à but informatif. Savoir utiliser Cheat Engine au premier abord n’a pas l’air simple, mais avec de l’entraînement vous pourrez y faire des miracles. Mais qu’en est-il de Cheat Engine sur Android ? C’est exactement pareil mais l’installation reste le plus compliquer. Possibilités Utilisez Cheat Engine sur votre ordinateur tout en contrôlant les données de votre téléphone Changez le valeurs de vos applications offline ! (Je n’ai jamais réussit à hacker des jeux en ligne) Pré-requis Un ordinateur (PC / Mac) connecté sur votre WiFi Un Smartphone Android Rooté ou BlueStacks Rooté et connecté sur votre WiFi Installation En vert, les étapes sur Smartphone. En bleu, les étapes sur Ordinateur. Si ce n’est pas déjà fait, installez la dernière version de Cheat Engine sur votre ordinateur (Pc / Mac), Cliquez-ici pour accéder au site officiel Téléchargez ensuite le serveur sur votre Smartphone en Cliquant-ici dans la catégorie « Server (For network scanning) ». Pour ma part, j’ai télécharger la version ARM-64 Bits. Sur votre Smartphone, décompressez l’archive et déplacez les fichiers « ceserver_arm64 » et « libceserver-extension_arm64.so » vers la destination : /system/xbin Installez sur votre Smartphone, l’application Terminal Emulator afin de lancer des commandes par la suite. Il est disponible gratuitement sur le Play Store. Assurez-vous que votre Smartphone : - Comporte bien le serveur - Qu’il est bien connecté à votre WiFi - Que vous avez bien télécharger Terminal Emulator Assurez-vous que votre Ordinateur : - Est bien connecté au WiFi - Que vous avez bien installer Cheat Engine Utilisation Démarrez Terminal Emulator sur votre smartphone puis tapez la commande « su ». Elle permet d’attribuer les droits de Super User au terminal afin qu’il puisse effectuer les actions nécessaires. su Tapez ensuite la commande « cd system/xbin » qui vous permettra de définir un nouveau répertoire de travail à votre terminal. cd system/xbin Tapez la dernière commande « ceserver_arm64 » qui permet d’exécuter le serveur. ceserver_arm64 Sur votre ordinateur, lancez Cheat Engine puis cliquez sur « Select a process to open » Dans la nouvelle fenêtre, cliquez sur « Network » Dans cette nouvelle fenêtre, sélectionnez la seule Adresse IP qui s’affiche puis cliquez sur « Connect ». Votre Smartphone à l’air de s’affoler, mais c’est normal ! Il charge sous vos yeux tous les processus actifs de l’appareil. Vous pouvez désormais ouvrir le processus que vous souhaitez afin d’y modifier ses données. Je vous conseille de créer une nouvelle note dans votre smartphone et d’y noter les commandes afin que vous puissiez y avoir un accès rapide au cas où vous avez un trou de mémoire ! su cd system/xbin ceserver_arm64
  8. Le Root est illégal. En suivant ce tutoriel, vous certifiez que vous êtes le/la seul.e responsable de vos pratiques. Et oui… il existe un outil miracle pour ça ! Aujourd’hui je vais vous présenter BlueStacks Tweaker. Possibilités Rooter le système Changer les informations de l’appareil (Opérateur, Modèle, Google Advertising ID, IMEI, etc..) Changer la résolution de l’affichage et le DPI Changer les paramètres de la RAM alloué pour la simulation Désactiver l’authentification Google (Non recommandé) Patcher pour passe BlueStacks en Premium Patcher pour désactiver les promotions BlueStacks Patcher le thème BlueStacks Déverrouiller/Verrouiller le système Changer les paramètres OEM FileManager (Gérez vos fichiers directement à partir de BlueStacks Tweaker) Shell (Accédez au Shell directement à partir de BlueStacks Tweaker) Pré-requis BlueStacks : Si vous n’avez pas encore BlueStacks d’installé, cliquez-ici pour le télécharger sur le site officiel. BlueStacks Tweaker : Téléchargez la dernière version en cliquant ici pour télécharger sur le site officiel. Mise en place Vous pouvez commencer cette étape uniquement si tous les pré-requis ont étés correctement effectuer et que vous n’avez louper aucune étape, sinon vous risquerez de rencontrer des problèmes ! Pour bien fait la nuance entre BlueStacks et BlueStacks Tweaker, et éviter toutes confusions, je l’ai mettrais d’une couleur différente l’un et l’autre. Démarrez BlueStacks Tweaker et cliquez sur l’onglet « Root » puis sur « Unlock » puis attendez que le système soit déverrouiller. Retournez dans l’onglet « Main » puis cliquez sur « Force Kill BS ». Attendez que BlueStacks soit correctement fermé. Cliquez à nouveau sur l’onglet « Root » puis cliquez sur « Patch ». Une fois que vous avez appliquer le Patch sur le système, cliquez sur « Install SuperSU » puis « Update Su Binary ». Une fois que toutes les étapes précédentes ont étés effectués, retournez dans l’onglet « Main ». Démarrez BlueStacks en cliquant sur « Start BS ». Attendez que le système (BlueStacks) redémarre… Si sur BlueStacks Tweaker vous voyez ceci : C’est que tout est bien installé et que vous pouvez à la dernière étape : Vérifiez que le Root fonctionne avec l’application Root Checker (Disponible sur le Google Play). Root Checker sur Google Play
  9. J’ai eu récemment un problème venant de ma recherche Windows. Impossible de rechercher une quelconque Application / Fichiers /etc. je suis donc parti demander sur le forum officiel de Microsoft. Et voici la solution ! Naviguez dans le registre Accéder à l’éditeur de registre. Naviguer vers : HKEY_CURRENT_USER\SOFTWARE\Microsoft\Windows\CurrentVersion\Search Repérer la clé « » et double cliquer dessus pour insérer la valeur « 0 ». Repérer la clé « » et double cliquer dessus pour insérer la valeur « 0 ». Si l’unes des clés n’existent pas, clique droit dans la fenêtre, puis cliquez sur Nouveau → DWORD 32 Bits puis nommer le fichier par celui qui manque (CortanaConsent ou BingSearchEnabled) puis n’oubliez pas de renseigner la valeur par « 0 ». Cliquez-ici pour voir ma demande auprès des forums officiels Microsoft. Je tiens très sincèrement à remercier XYZ B. (Conseillé indépendant des forums officiel Microsoft) pour sa solution ! - OU Créez un fichier *.reg Créez un fichier sur votre bureau : Clique-droit sur votre bureau → Nouveau → Document text → Changez le nom “Nouveau Document.txt” par “reset.reg” Ouvrez votre nouveau fichier dans un éditeur de texte (Comme Notepad ou SublimText par exemple) Insérez dans votre fichier, les lignes suivantes : Windows Registry Editor Version 5.00 [HKEY_CURRENT_USER\Software\Microsoft\Windows\CurrentVersion\Search] "CortanaConsent"=dword:00000000 "BingSearchEnabled"=dword:00000000 Sauvegardez puis clique-droit sur le fichier → Fusionner Redémarrez votre ordinateur. - OU Téléchargez et fusionnez directement ! J’ai créer le fichier pour vous, et l’ai héberger à cette adresse. Téléchargez puis exécutez-le. Redémarrez votre ordinateur. - OU Invité de commande Accédez à votre CMD Tapez les lignes suivantes reg add HKCU\Software\Microsoft\Windows\CurrentVersion\Search /v BingSearchEnabled /t REG_DWORD /d 0 /f et reg add HKCU\Software\Microsoft\Windows\CurrentVersion\Search /v CortanaConsent /t REG_DWORD /d 0 /f N’oubliez pas de redémarrer votre ordinateur ! Je penses que le problème est survenu dès l’installation de la mise à jour KB4515384 KB4532695. Cela n’est pas sûr et reste une simple supposition.
  10. Il y a plusieurs façons d’accéder au registre sous n’importe quel version Windows. Raccourcis rapide Pour accéder rapidement au registre sous n’importe version de Windows, faites + puis un fenêtre apparaît. Tapez simplement le mot « regedit » puis tapez sur (Entrée). Autre méthode (Plus lent) Cliquez sur l’icône de recherche sur votre barre des tâches, puis écrivez « Registre » et cliquez sur « Éditeur de registre ».
  11. Chr(*) ne peut pas être supérieur à 255. Le type de données est en Int32. VB.NET Résultat Chr(0) {RIEN} Chr(1) {RIEN} Chr(2) {RIEN} Chr(3) {RIEN} Chr(4) {RIEN} Chr(5) {RIEN} Chr(6) {RIEN} Chr(7) {RIEN} Chr(8) {RIEN} Chr(9) {RIEN} Chr(10) {RIEN} Chr(11) {RIEN} Chr(12) {RIEN} Chr(13) {RIEN} Chr(14) {RIEN} Chr(15) {RIEN} Chr(16) {RIEN} Chr(17) {RIEN} Chr(18) {RIEN} Chr(19) {RIEN} Chr(20) {RIEN} Chr(21) {RIEN} Chr(22) {RIEN} Chr(23) {RIEN} Chr(24) {RIEN} Chr(25) {RIEN} Chr(26) {RIEN} Chr(27) {RIEN} Chr(28) {RIEN} Chr(29) {RIEN} Chr(30) {RIEN} Chr(31) {RIEN} Chr(32) (Espace / Space) Chr(33) ! Chr(34) " Chr(35) # Chr(36) $ Chr(37) % Chr(38) & Chr(39) ' Chr(40) ( Chr(41) ) Chr(42) * Chr(43) + Chr(44) , Chr(45) - Chr(46) . Chr(47) / Chr(48) 0 Chr(49) 1 Chr(50) 2 Chr(51) 3 Chr(52) 4 Chr(53) 5 Chr(54) 6 Chr(55) 7 Chr(56) 8 Chr(57) 9 Chr(58) : Chr(59) ; Chr(60) < Chr(61) = Chr(62) > Chr(63) ? Chr(64) @ Chr(65) A Chr(66) B Chr(67) C Chr(68) D Chr(69) E Chr(70) F Chr(71) G Chr(72) H Chr(73) I Chr(74) J Chr(75) K Chr(76) L Chr(77) M Chr(78) N Chr(79) O Chr(80) P Chr(81) Q Chr(82) R Chr(83) S Chr(84) T Chr(85) U Chr(86) V Chr(87) W Chr(88) X Chr(89) Y Chr(90) Z Chr(91) [ Chr(92) \ Chr(93) ] Chr(94) ^ Chr(95) _ Chr(96) ` Chr(97) a Chr(98) b Chr(99) c Chr(100) d Chr(101) e Chr(102) f Chr(103) g Chr(104) h Chr(105) i Chr(106) j Chr(107) k Chr(108) l Chr(109) m Chr(110) n Chr(111) o Chr(112) p Chr(113) q Chr(114) r Chr(115) s Chr(116) t Chr(117) u Chr(118) v Chr(119) w Chr(120) x Chr(121) y Chr(122) z Chr(123) { Chr(124) | Chr(125) } Chr(126) ~ Chr(127) � Chr(128) € Chr(129) � Chr(130) ‚ Chr(131) ƒ Chr(132) „ Chr(133) … Chr(134) † Chr(135) ‡ Chr(136) ˆ Chr(137) ‰ Chr(138) Š Chr(139) ‹ Chr(140) Œ Chr(141) � Chr(142) Ž Chr(143) � Chr(144) � Chr(145) ‘ Chr(146) ’ Chr(147) “ Chr(148) ” Chr(149) • Chr(150) – Chr(151) — Chr(152) ˜ Chr(153) ™ Chr(154) š Chr(155) › Chr(156) œ Chr(157) � Chr(158) ž Chr(159) Ÿ Chr(160) (Espace/Space) Chr(161) ¡ Chr(162) ¢ Chr(163) £ Chr(164) ¤ Chr(165) ¥ Chr(166) ¦ Chr(167) § Chr(168) ¨ Chr(169) © Chr(170) ª Chr(171) « Chr(172) ¬ Chr(173) {RIEN} Chr(174) ® Chr(175) ¯ Chr(176) ° Chr(177) ± Chr(178) ² Chr(179) ³ Chr(180) ´ Chr(181) µ Chr(182) ¶ Chr(183) · Chr(184) ¸ Chr(185) ¹ Chr(186) º Chr(187) » Chr(188) ¼ Chr(189) ½ Chr(190) ¾ Chr(191) ¿ Chr(192) À Chr(193) Á Chr(194)  Chr(195) à Chr(196) Ä Chr(197) Å Chr(198) Æ Chr(199) Ç Chr(200) È Chr(201) É Chr(202) Ê Chr(203) Ë Chr(204) Ì Chr(205) Í Chr(206) Î Chr(207) Ï Chr(208) Ð Chr(209) Ñ Chr(210) Ò Chr(211) Ó Chr(212) Ô Chr(213) Õ Chr(214) Ö Chr(215) × Chr(216) Ø Chr(217) Ù Chr(218) Ú Chr(219) Û Chr(220) Ü Chr(221) Ý Chr(222) Þ Chr(223) ß Chr(224) à Chr(225) á Chr(226) â Chr(227) ã Chr(228) ä Chr(229) å Chr(230) æ Chr(231) ç Chr(232) è Chr(233) é Chr(234) ê Chr(235) ë Chr(236) ì Chr(237) í Chr(238) î Chr(239) ï Chr(240) ð Chr(241) ñ Chr(242) ò Chr(243) ó Chr(244) ô Chr(245) õ Chr(246) ö Chr(247) ÷ Chr(248) ø Chr(249) ù Chr(250) ú Chr(251) û Chr(252) ü Chr(253) ý Chr(254) þ Chr(255) ÿ Chr(256) {RIEN} Chr(257) {RIEN} Chr(258) {RIEN} Chr(259) {RIEN}
  12. Un outil miracle et simple d'utilisation pour vous permettre de booster vôtre SEO avec un éditeur en ligne. StoryChief SEO est là pour vous ! Mais comment ça fonctionne ? Avec StoryChief SEO, vous aurez accès à un éditeur en ligne vous permettant d’analyser en permanence ce que vous rédigez. Retrouvez les conseilles de l’assistant en cliquant sur le texte « SEO ● – Readability ● » en haut à gauche de la page. Un volet apparaîtra avec deux calculs : SEO – Référencement du internet Readability – Satisfaction visuel (Article suffisamment lisible et détaillé pour vos lecteurs) Cet outil est vraiment simple d’utilisation : Inscrivez-vous gratuitement (Connexion par compte Google possible). Accédez à l’interface de rédaction. Écrivez directement vos premières lignes de votre article/publication ! Cliquez-ici pour en savoir plus.
  13. Code Name (English) af Afrikaans af-ZA Afrikaans (South Africa) ar Arabic ar-AE Arabic (U.A.E.) ar-BH Arabic (Bahrain) ar-DZ Arabic (Algeria) ar-EG Arabic (Egypt) ar-IQ Arabic (Iraq) ar-JO Arabic (Jordan) ar-KW Arabic (Kuwait) ar-LB Arabic (Lebanon) ar-LY Arabic (Libya) ar-MA Arabic (Morocco) ar-OM Arabic (Oman) ar-QA Arabic (Qatar) ar-SA Arabic (Saudi Arabia) ar-SY Arabic (Syria) ar-TN Arabic (Tunisia) ar-YE Arabic (Yemen) az Azeri (Latin) az-AZ Azeri (Latin) (Azerbaijan) az-AZ Azeri (Cyrillic) (Azerbaijan) be Belarusian be-BY Belarusian (Belarus) bg Bulgarian bg-BG Bulgarian (Bulgaria) bs-BA Bosnian (Bosnia and Herzegovina) ca Catalan ca-ES Catalan (Spain) cs Czech cs-CZ Czech (Czech Republic) cy Welsh cy-GB Welsh (United Kingdom) da Danish da-DK Danish (Denmark) de German de-AT German (Austria) de-CH German (Switzerland) de-DE German (Germany) de-LI German (Liechtenstein) de-LU German (Luxembourg) dv Divehi dv-MV Divehi (Maldives) el Greek el-GR Greek (Greece) en English en-AU English (Australia) en-BZ English (Belize) en-CA English (Canada) en-CB English (Caribbean) en-GB English (United Kingdom) en-IE English (Ireland) en-JM English (Jamaica) en-NZ English (New Zealand) en-PH English (Republic of the Philippines) en-TT English (Trinidad and Tobago) en-US English (United States) en-ZA English (South Africa) en-ZW English (Zimbabwe) eo Esperanto es Spanish es-AR Spanish (Argentina) es-BO Spanish (Bolivia) es-CL Spanish (Chile) es-CO Spanish (Colombia) es-CR Spanish (Costa Rica) es-DO Spanish (Dominican Republic) es-EC Spanish (Ecuador) es-ES Spanish (Castilian) es-ES Spanish (Spain) es-GT Spanish (Guatemala) es-HN Spanish (Honduras) es-MX Spanish (Mexico) es-NI Spanish (Nicaragua) es-PA Spanish (Panama) es-PE Spanish (Peru) es-PR Spanish (Puerto Rico) es-PY Spanish (Paraguay) es-SV Spanish (El Salvador) es-UY Spanish (Uruguay) es-VE Spanish (Venezuela) et Estonian et-EE Estonian (Estonia) eu Basque eu-ES Basque (Spain) fa Farsi fa-IR Farsi (Iran) fi Finnish fi-FI Finnish (Finland) fo Faroese fo-FO Faroese (Faroe Islands) fr French fr-BE French (Belgium) fr-CA French (Canada) fr-CH French (Switzerland) fr-FR French (France) fr-LU French (Luxembourg) fr-MC French (Principality of Monaco) gl Galician gl-ES Galician (Spain) gu Gujarati gu-IN Gujarati (India) he Hebrew he-IL Hebrew (Israel) hi Hindi hi-IN Hindi (India) hr Croatian hr-BA Croatian (Bosnia and Herzegovina) hr-HR Croatian (Croatia) hu Hungarian hu-HU Hungarian (Hungary) hy Armenian hy-AM Armenian (Armenia) id Indonesian id-ID Indonesian (Indonesia) is Icelandic is-IS Icelandic (Iceland) it Italian it-CH Italian (Switzerland) it-IT Italian (Italy) ja Japanese ja-JP Japanese (Japan) ka Georgian ka-GE Georgian (Georgia) kk Kazakh kk-KZ Kazakh (Kazakhstan) kn Kannada kn-IN Kannada (India) ko Korean ko-KR Korean (Korea) kok Konkani kok-IN Konkani (India) ky Kyrgyz ky-KG Kyrgyz (Kyrgyzstan) lt Lithuanian lt-LT Lithuanian (Lithuania) lv Latvian lv-LV Latvian (Latvia) mi Maori mi-NZ Maori (New Zealand) mk FYRO Macedonian mk-MK FYRO Macedonian (Former Yugoslav Republic of Macedonia) mn Mongolian mn-MN Mongolian (Mongolia) mr Marathi mr-IN Marathi (India) ms Malay ms-BN Malay (Brunei Darussalam) ms-MY Malay (Malaysia) mt Maltese mt-MT Maltese (Malta) nb Norwegian (Bokm?l) nb-NO Norwegian (Bokm?l) (Norway) nl Dutch nl-BE Dutch (Belgium) nl-NL Dutch (Netherlands) nn-NO Norwegian (Nynorsk) (Norway) ns Northern Sotho ns-ZA Northern Sotho (South Africa) pa Punjabi pa-IN Punjabi (India) pl Polish pl-PL Polish (Poland) ps Pashto ps-AR Pashto (Afghanistan) pt Portuguese pt-BR Portuguese (Brazil) pt-PT Portuguese (Portugal) qu Quechua qu-BO Quechua (Bolivia) qu-EC Quechua (Ecuador) qu-PE Quechua (Peru) ro Romanian ro-RO Romanian (Romania) ru Russian ru-RU Russian (Russia) sa Sanskrit sa-IN Sanskrit (India) se Sami (Northern) se-FI Sami (Northern) (Finland) se-FI Sami (Skolt) (Finland) se-FI Sami (Inari) (Finland) se-NO Sami (Northern) (Norway) se-NO Sami (Lule) (Norway) se-NO Sami (Southern) (Norway) se-SE Sami (Northern) (Sweden) se-SE Sami (Lule) (Sweden) se-SE Sami (Southern) (Sweden) sk Slovak sk-SK Slovak (Slovakia) sl Slovenian sl-SI Slovenian (Slovenia) sq Albanian sq-AL Albanian (Albania) sr-BA Serbian (Latin) (Bosnia and Herzegovina) sr-BA Serbian (Cyrillic) (Bosnia and Herzegovina) sr-SP Serbian (Latin) (Serbia and Montenegro) sr-SP Serbian (Cyrillic) (Serbia and Montenegro) sv Swedish sv-FI Swedish (Finland) sv-SE Swedish (Sweden) sw Swahili sw-KE Swahili (Kenya) syr Syriac syr-SY Syriac (Syria) ta Tamil ta-IN Tamil (India) te Telugu te-IN Telugu (India) th Thai th-TH Thai (Thailand) tl Tagalog tl-PH Tagalog (Philippines) tn Tswana tn-ZA Tswana (South Africa) tr Turkish tr-TR Turkish (Turkey) tt Tatar tt-RU Tatar (Russia) ts Tsonga uk Ukrainian uk-UA Ukrainian (Ukraine) ur Urdu ur-PK Urdu (Islamic Republic of Pakistan) uz Uzbek (Latin) uz-UZ Uzbek (Latin) (Uzbekistan) uz-UZ Uzbek (Cyrillic) (Uzbekistan) vi Vietnamese vi-VN Vietnamese (Viet Nam) xh Xhosa xh-ZA Xhosa (South Africa) zh Chinese zh-CN Chinese (S) zh-HK Chinese (Hong Kong) zh-MO Chinese (Macau) zh-SG Chinese (Singapore) zh-TW Chinese (T) zu Zulu zu-ZA Zulu (South Africa)
  14. Peu de personnes le savent, mais les faux profils sont partout, et ce n’est pas nouveau ! Alors comment distingué un vrai profil d’un faux ? Avec ce tutoriel, vous saurez à 90% détecter les faux profils qui inondent nos réseaux sociaux. 1 ► Recherchez la photo de profil de l’utilisateur Savez-vous que vous pouvez effectuer des recherches sur internet sans passer par des mots clefs pour chercher ce que vous voulez ? C’est d’ailleurs des sites spécialisés comme TinEye qui vous rendra ce service gratuitement. Rendez-vous sur leur site officiel. Google le fait aussi, mais disons que ce n’est pas ce qu’ils font de mieux ! Avec TinEye, vous pouvez charger une image ou poster directement l’adresse URL (Se terminant par .jpg ou .png) 2 ► Recherchez le nom et prénom et l’utilisateur sur Google Aussi bête que cela puisse paraître, cherchez le nom ou prénom nom complet, d’un utilisateur LinkedIn par exemple, sur Google. De plus, si vous souhaitez rendre la recherche plus précise, mettez sont nom complet en “strict” suivi de l’un de ses poste. Par exemple : "Jean DUPONT" Growth Hacker 3 ► Vérifiez depuis combien de temps son compte est actif Il est possible de vérifier l’ancienneté de la personne en fonction de ses publications. Depuis combien de temps il like/publie sur son compte ? Depuis combien de temps il est inscrit ? A-t-il beaucoup de publications / Photos / Vidéos ? warningIl est souvent inutile de vérifier le nombre d’amis du profil étant donner qu’il / qu’elle peut ajouter autant de personne aussi naïve les unes que les autres ! Je vous conseille de faire attention aux faux profils, où que ce soit ! Vous ne savez pas qui s’y cache derrière. J’espère cependant que ce tutoriel vous sera utile pour la prochaine fois et que vous saurez rester sur vos gardes. Si vous avez d’autres précision ou d’autres outils pour vérifier l’identité d’un utilisateur, n’hésitez pas à en faire part ci-dessous, en commentaire !
  15. Qui n’a jamais jouer a un jeu signé Zynga ? Avec de grands succès tel que FarmVille, Word With Friends, ou encore CRS2, c’est près de 170 millions d’information de comptes ont fuités en 2019, révèle Have I Been Pwned. Ce jour, le nombre exact et les détails sur les informations qui ont été volé viennent d’êtres confirmés et le hacker qui est à l’origine des attaques porte le pseudonyme de Gnosticplayers. Il ajoute qu’il a réussi l’injection de bases de données plus petites pour des jeux qui ont été abandonné par la suite comme OMGpop avec un peu plus de 7 millions d’informations personnelles. Dans les données, voici ce qui a fuité : Adresse email Mots de passe Nom d’utilisateur Autres informations liées à Facebook comme le numéro de téléphone, etc. Nous pouvons en conclure que c’est bel et bien un coup dur pour Zynga voir peut-être une descente aux enfers. Source 1 – Source 2
×
×
  • Créer...